Il existe au moins trois raisons importantes pour lesquelles la Couverture sanitaire universelle est nécessaire et urgente.

1. Des millions de personnes pauvres, vulnérables et marginalisées n'ont pas accès à la santé

Selon l'OMS, au moins la moitié de la population mondiale n'est pas couverte par les services de santé essentiels. Parmi les femmes qui meurent en couches, 99% se trouvent dans les pays en développement, et les enfants ont 14 fois plus de chances de mourir avant l'âge de cinq ans en Afrique subsaharienne. Les maladies transmissibles, telles que le VIH, la tuberculose (TB) et le paludisme, ont le plus grand impact sur les communautés les plus pauvres et les plus marginalisées. Dans tous les pays—qu'ils aient un revenu faible, moyen ou élevé—des écarts importants en matière de santé subsistent entre les riches et les pauvres. La faiblesse des systèmes de santé est à l'origine de nombre de ces écarts, mis en évidence et aggravés par la pandémie de COVID-19.

Fait marquant

Les réformes de la CSU ont été un puissant moteur d'amélioration de la santé des femmes dans plusieurs pays à revenu faible ou intermédiaire, dont l'Afghanistan, le Mexique, le Rwanda et la Thaïlande. Pour plus de détails, voir Improving Women’s Health through Universal Health Coverage?.

2. Les coûts de santé poussent des millions de personnes dans la pauvreté

Dans la plupart des pays du monde, les gens doivent payer pour les services de santé, ce qui est l'une des principales raisons pour lesquelles les gens tombent dans la pauvreté. De nombreuses personnes aux revenus limités, qui doivent déjà faire des choix difficiles entre des articles et des services essentiels, sont contraintes de renoncer aux soins dont elles ont besoin.

Chaque année, plus de 800 millions de personnes dépensent plus de 10 % du revenu de leur ménage pour la santé—c'est ce qu'on appelle les dépenses de santé catastrophiques. Parmi elles, près de 100 millions de personnes par an basculent dans l'extrême pauvreté (vivant avec moins de 1,25 dollar par jour) en raison des dépenses de santé. Au rythme actuel, jusqu'à un tiers de la population mondiale se trouvera dans cette situation en 2030.

Fait marquant

En Thaïlande, les réformes de la CSU ont entraîné une forte réduction du nombre de familles à faibles revenus confrontées à des dépenses catastrophiques en l'espace de six ans. Pour plus d'informations, voir Attaining UHC: A research initiative to support evidence-based advocacy and policy-making?.

3. Une bonne santé permet de sortir de la pauvreté

Une bonne santé permet aux enfants d'apprendre et aux adultes de gagner leur vie, aide les gens à sortir de la pauvreté et constitue la base du développement économique à long terme.

De nombreux défis mondiaux en matière de santé découlent d'un obstacle commun : des systèmes de santé fragiles et manquant de ressources qui ne permettent pas aux communautés les plus pauvres et les plus marginalisées d'accéder à des services de santé de qualité et abordables. Ces lacunes menacent des vies et des moyens de subsistance, exacerbent les inégalités croissantes et compromettent la croissance économique et la stabilité sociale dans les pays développés comme dans les pays en développement. Comme des crises telles que celles du COVID-19 et d'Ebola l'ont douloureusement montré, nos systèmes de santé ne sont aussi solides que leurs maillons les plus faibles.

Les pays qui mettent en œuvre des politiques de renforcement des systèmes de santé et de soins de santé primaires universels en voient les avantages : des communautés en meilleure santé et des économies plus fortes.

Fait marquant

Il a été estimé que chaque $1 qu'un pays investit dans la santé aujourd'hui peut produire jusqu'à $20 en pleine croissance des revenus en une génération. Pour en savoir plus, voir ? La Commission du Lancet sur l'investissement dans la santé ?.

Comment la CSU soutient les ODD plus larges

En plus de contribuer à l'ODD 3 ( Assurer une vie saine et promouvoir le bien-être pour tous à tous les âges ) et l'ODD 1 ( Mettre fin à la pauvreté sous toutes ses formes, partout ), la CSU peut apporter une contribution significative à de nombreux autres ODD.

La CSU favorise l'amélioration de la nutrition (ODD2) : les interventions liées à la nutrition font partie intégrante des programmes de soins de santé complets, et les gens ont davantage accès aux informations et aux ressources nécessaires pour lutter contre la malnutrition. Des systèmes de santé solides soutiennent les objectifs en matière d'éducation (ODD4), car davantage d'enfants sont en assez bonne santé pour aller à l'école et les familles peuvent se permettre d'aller à l'école, ainsi que l'égalité des sexes (ODD5), en veillant à ce que les femmes et les filles reçoivent les services dont elles ont besoin. Un système de santé universel peut également jouer un rôle important dans la croissance économique (ODD8) et dans les sociétés pacifiques et inclusives (ODD16), car des populations en bonne santé aident à mettre en place des institutions efficaces, responsables et inclusives à tous les niveaux.

La Couverture sanitaire universelle est fondamentale pour atteindre les Objectifs de développement durable non seulement en matière de santé et de bien-être, mais aussi pour éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et dans toutes ses dimensions, assurer une éducation de qualité, parvenir à l'égalité des sexes et à l'autonomisation des femmes, [et] réduire les inégalités. UN Political Declaration on UHC, 2019

Les leçons de COVID-19

La pandémie COVID-19 a clairement montré les liens entre les systèmes de santé, la préparation aux situations d'urgence et le développement économique, en exposant les grandes faiblesses et le manque d'investissement dans de nombreux systèmes de santé dans le monde.

Pour protéger la santé de leurs citoyens et pour éviter que les systèmes de santé ne soient submergés, les gouvernements ont dû mettre en œuvre des stratégies drastiques, telles que des fermetures et des couvre-feux. La pandémie et ces stratégies de réponse ont affecté négativement les moyens de subsistance et le bien-être de toutes les personnes, en particulier les groupes de population marginalisés et vulnérables, y compris les personnes handicapées , et ont creusé les écarts existants dans l'accès à la santé.

La sécurité sanitaire mondiale est menacée par le manque de volonté politique et d'investissements dans le domaine de la CSU. Avec les profondes récessions économiques que connaissent les pays à faible revenu en raison de la COVID-19, les budgets de santé risquent d'être plus touchés que lors de la crise économique de 2008. Selon le récent rapport sur les Dépenses mondiales de santé,les pays dont les systèmes de santé dépendent des paiements directs seront probablement parmi les plus touchés par les impacts macroéconomiques de la pandémie, ce qui réduira encore davantage leurs dépenses publiques.

En outre, les conséquences de la COVID-19 sur les personnes touchées, y compris les impacts physiques et les charges financières à long terme, ainsi que les conséquences des perturbations des autres services de santé, ne sont pas encore totalement comprises. Alors que dans la plupart des pays, l'accent est encore mis sur la réponse d'urgence immédiate, ce serait une erreur d'envisager un retour à la normale et de manquer l'occasion d'analyser les échecs politiques et stratégiques qui ont contribué au grave impact de la pandémie de COVID-19.

agsdix-far-fa-main-point-droit

Ressource clé

Pour plus d'informations sur les liens entre COVID-19 et CSU, voir le document du CSEM sur les impacts sanitaires et économiques des stratégies d’endiguement du COVID-19.