Cette page sera mise à jour avec les nouvelles et mises à jour des membres du CSEM lors de la 75e session de l'Assemblée générale des Nations Unies (AGNU 75).

DISCUSSION VIRTUELLE
CSU et COVID-19: des engagements opérationnels pour ne laisser personne de côté
Jeudi 17 septembre 2020

Alors que la pandémie COVID-19 expose et exacerbe les inégalités existantes en matière de santé, les communautés vulnérables, stigmatisées et marginalisées courent un risque de plus en plus élevé. Non seulement ils sont particulièrement vulnérables à la pandémie, mais leur accès déjà limité à des services de santé de qualité a été interrompu par la pandémie COVID-19, ce qui a entraîné un retard des autres réponses sanitaires. Identifier et analyser la santé du point de vue du dernier kilomètre est essentiel pour atténuer la propagation et les impacts - primaires et secondaires - des pandémies. Dans cette pandémie, il n'a jamais été aussi clair que la santé humaine est interconnectée. Assurer une couverture sanitaire universelle à l'époque du COVID-19 favorisera de meilleurs résultats pour tous, car personne n'est en sécurité tant que nous ne sommes pas tous en sécurité.

Cet événement parallèle virtuel de l'AGNU a discuté des engagements institutionnels envers la CSU, en particulier pour atteindre les communautés du dernier kilomètre en premier dans la réponse et le relèvement COVID-19, en mettant en évidence les opportunités de mise en œuvre de la CSU, en centrant nos engagements communs à ne laisser personne de côté.

Voir l'enregistrement ici.

L'introduction et les remarques liminaires ont été prononcées par Maurine Murenga (Fondateur et directeur exécutif, Fondation Lean on Me; Délégation communautaire touchée par la tuberculose, Partenariat Halte à la tuberculose) et Dag-Inge Ulstein (Ministre du développement, Norvège). Jagan Chapagain (Secrétaire général, FICR), Bernt Apeland (Secrétaire général, Croix-Rouge norvégienne) et Dalal al-Taji (Chef du Département de l'éducation permanente, Croissant-Rouge palestinien) a discuté de la criticité de systèmes de santé solides et de la garantie d'une couverture sanitaire universelle pour préparer le terrain pour le panel. Gerry Elsdon (Un activiste humanitaire, un présentateur de télévision et un survivant de la tuberculose) a animé la discussion.

Dumiso Gatsha (Fondateur, Success Capital; membre du groupe consultatif, CSEM) a discuté des impacts du COVID-19 sur les personnes vivant dans l'extrême pauvreté et des leçons pour que la CSU atteigne cette population. Massimo Barra (Fondateur de Villa Maraini; Président du Partenariat de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sur l'abus de substances) a expliqué comment les services de santé destinés aux personnes qui consomment des drogues ont été interrompus en raison de la pandémie. Santosh Kumar (Secrétaire général et directeur exécutif, Kolkata Rista) a expliqué les besoins non satisfaits de la communauté Hijra en Inde en matière d'accès aux services de soins de santé, y compris pour le COVID-19, et les lacunes dans la voie vers la CSU. Marta Royo (Directeur exécutif, Profamilia) a discuté de l'impact du COVID-19 sur la santé sexuelle et la santé reproductive et les droits des femmes et des filles.

La dernière section du panel a discuté des inégalités auxquelles sont confrontées les personnes en déplacement pour accéder aux services COVID-19 et à d'autres soins de santé. Muhammed Badamasi (Croix-Rouge nigériane) a axé sa présentation sur les populations nomades et celles qui vivent dans des colonies difficiles d'accès Princesse Hewana (Vereeniging Branch Manager, South Africa Red Cross) a souligné l'importance de s'assurer que les sans-papiers sont inclus et que leurs besoins sont pris en compte dans la réponse au COVID-19. Jacqueline Weekers (Directeur de la santé des migrations, Organisation internationale pour les migrations) a parlé des défis de la garantie d'une couverture sanitaire universelle pour les migrants et de l'impact de la pandémie COVID-19.

Dans les réponses aux questions du public, les panélistes ont souligné l'importance du leadership communautaire et de l'engagement dans la conception de politiques et de services qui répondent à leurs besoins. L'événement était organisé par le CSEM, la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), Norges Røde Kors et le partenariat Halte à la tuberculose.


DISCUSSION VIRTUELLE
COVID-19: Pourquoi les communautés devraient-elles être au centre de l'attention pour réduire l'impact en Afrique
Mer, 23 septembre 2020

Les investissements dans l'engagement communautaire sont particulièrement importants pour le COVID-19 et d'autres urgences sanitaires qui reposent sur la confiance et de bons systèmes d'information. La désinformation et la stigmatisation contre les agents de santé nuisent aux réponses au COVID-19 dans de nombreux pays. Une riposte solide à une pandémie repose également nécessairement sur un système de soins de santé fondamental et solide. Afin de minimiser l'impact du COVID-19 sur la santé et de poursuivre les progrès en matière de CSU, les gouvernements doivent impliquer les communautés à tous les niveaux.

Haut-parleurs inclus Crystal Lander (Directeur exécutif des affaires mondiales, Pathfinder International), Esther Njoroge-Muriithi (Vice-président et directeur régional, Afrique, Smile Train et CSEM Advisory Group), Dr Keith Shongwe (Président Health Cover Pty Ltd), Ahmed Arale (Directeur du Secrétariat pour CORE Polio & Global Health Security Project dans la Corne de l'Afrique), Ruth Ngechu (Directeur Pays Adjoint, Partenariats Stratégiques et Plaidoyer, Biens Vivants, Kenya), Dr Ibrahim Yisa (Directrice exécutive, Résultats, performance et apprentissage, CHESTRAD Global), Eileen Mokaya (Directrice principale de pays, Kenya et Ouganda, Pathfinder International), Dr Olubunmi Ogbodu (Directeur exécutif, Programmes d'impact social, CHESTRAD Global) et Marion Subah (Directeur national du Libéria, Last Mile Health). Le panel était modéré par Desta Lakew (Directeur mondial des partenariats et des affaires extérieures, Amref Health Africa).

Les panélistes ont discuté des lacunes de l'engagement de la société civile dans la réponse au COVID-19 jusqu'à présent et des recommandations pour une gouvernance plus inclusive. D'autres ont souligné les meilleures pratiques, y compris la création de mécanismes d'engagement formalisés au niveau national (c'est-à-dire au Kenya) et comment les communautés ont joué un rôle central dans d'autres initiatives de santé (c'est-à-dire l'éradication de la polio). Le rôle des agents de santé communautaires et la nécessité de leur fournir les outils et les formations nécessaires ont également été soulignés. Les gouvernements doivent être en mesure de renforcer la confiance de la communauté en travaillant avec la population afin de respecter les engagements en matière de santé.

Voir l'enregistrement ici.

Cet événement était organisé par CHESTRAD, CSEM, Communautés au cœur de la CSU, Last Mile Health, Living Goods et Pathfinder International.


Membre du groupe consultatif du CSEM Justin Koonin (Président, ACON) a pris la parole au nom de la société civile lors du lancement du rapport d'étape 2020 du Plan d'action mondial pour une vie saine et le bien-être pour tous le 15 septembre 2020. Apprendre encore plus